Dans la catégorie déjà bien fertile des formations pop à forte vocation plagistes, faisons aujourd’hui les présentations avec Beach Youth. 


 

Dans la catégorie déjà bien fertile des formations pop à forte vocation plagistes (Beach House, Beach Slang, Beach Fossils et bien sûr les Beach Boys…), faisons aujourd’hui les présentations avec Beach Youth. Ce jeune quatuor originaire de Caen, suscite déjà de grands espoirs depuis deux/trois ans dans les cercles avertis, repéré par quelques singles épatants. Singles, donc, offre une petite séance de rattrapage, car il s’agit en fait d’une compilation réunissant les imparables “Days”, “Memories» et “Young”, complétés de « Diary » paru tout juste cet été, ainsi qu’un nouveau titre, « Closer ». Affirmons le sans détour,  ce mini-album tombe à point nommé pour prolonger encore un peu la nostalgie de l’été. Car les chansons de Beach Youth sont comme des coquillages trouvés sur le sable que l’on pose au creux de l’oreille pour s’évader. Ces quatre étudiants caennais sont manifestement investis d’une mission : réhabiliter une certaine esthétique “indie pop” à guitare, romantique, dansante, rêveuse et habitée. Mais loin des postures agaçantes du genre qu’elles peuvent parfois sous-entendre, Beach Youth remporte aisément la partie, fort d’une sincérité désarmante qui fend le coeur. Géographie oblige, on pense à leur camarades normands de Granville, à la différence près que Beach Youth a choisi la langue de Morrissey pour chanter ses refrains sucrés/salés – salés pour la mer évidemment.  Autour d’un format dépassant rarement les trois minutes, leurs compositions concentrent un certain idéal de l’harmonie parfaite : vocales timides soignés, nappes synthétiques solaires, arpèges de guitares élégants et funky, religieusement appris sur les tablatures de Johnny Marr… Soit une sorte de The Drums plus élaboré, tel cet intouchable “Young”, enregistré au mythique studios Sunset Sound en Californie, avec ses harmonies qui évoquent les Beach Boys de Sunflower. Sur le fantastique « Days » (qui avait allumé la mèche il y a un an et demi dans la compil’ Kitsuné Hot Stream), comme si Joy Division avait décidé de passer une journée de détente à la plage. On conseillera d’acquérir plutôt la version vinyle, qui propose en guise de bonus l’irrésistible “Waves”, dansant et exotique à souhait. Seul regret, six morceaux c’est évidemment trop court. Un peu comme les vacances, mais si c’est trop court, c’est que le temps passé forcément bon. Ce temps là, nous réserve assurément une belle promesse d’avenir.

Beau Travail – 2017

https://beachyouth.bandcamp.com

www.facebook.com/beachyouthband

En concert le 16 septembre à Paris, N CONCERT LE 16 SEPTEMBRE
LE SUPERSONIC (
9, RUE BISCORNET _ PARIS 12)
Entrée livre / FACEBOOK
Tracklisting :

  1. Days
  2. Memories
  3. Young
  4. Closer
    5. Diary
    6.  Waves (bonus EP)